Menu

L’histoire de Sadelite, entreprise de construction differdangeoise, pourrait sembler banale, mais elle cache néanmoins quelque chose de magique puisqu’elle semble partie pour durer.

Petit portrait de cette entreprise avec ses deux créateurs et gérants, Carlos Teles et Miguel Teixeira.
 


 

Parfois les coups de tête ont du bon. C’est en tout cas ce que l’on apprend lorsque l’on écoute Carlos Teles et Miguel Teixeira et lorsque l’on retrace un peu l’histoire de Sadelite, leur entreprise de construction à Differdange. D’ailleurs, Carlos Teles, le confirme: «C’était un coup de tête… positif!».

De toute façon, le lancement de l’entreprise n’était qu’une question de temps.
Pour Carlos Teles comme pour Miguel Teixeira, qui a commencé à travailler à 14 ans, se mettre à leur compte n’était que l’évolution naturelle de leur profession. Ainsi, alors qu’ils étaient respectivement conducteur de travaux et chef de chantier, ces deux collègues ont commencé à parler d’une association possible pour monter une entreprise. Mais de là à sauter le pas: «Nous avons mis six mois pour tout mettre en place officiellement», raconte Miguel Teixeira. Officieusement, certains autres collègues, amis, et même des clients les poussent déjà depuis un certain temps. Au final, c’est au mois de novembre 2008, après ce fameux «coup de tête positif», que naquit Sadelite.

 


 

Aujourd’hui, Sadelite emploie 58 personnes (ils n’étaient que quatre au départ) et propose la construction et la rénovation de bâtiments privés ou d’entreprises. Travaillant en collaboration avec des architectes, la société assure notamment la maçonnerie, l’aménagement extérieur, le terrassement, réalise un peu de voirie et rénove (remise aux normes). Pour ce qui est de la démolition, du plâtrage ou encore du carrelage, Sadelite fait appel à des sous-traitants. Il ne fait aucun doute que «la coordination entre ces différents corps de métiers n’est pas tous les jours évidente» mais les deux hommes s’attèlent à la tâche sans rechigner et parviennent tout de même à concilier l’administratif et les chantiers en s’organisant bien.

 


 

Face à une évolution de la profession (matériaux, normes) et à une crise économique qui cause parfois beaucoup de soucis, les deux gérants sont positifs tout en restant sur leurs gardes.

 


 


La tendance écologique, avec les maisons de classe B, fait désormais partie intégrante du travail des hommes de chez Sadelite, surtout auprès des particuliers. «Il faut faire plus attention», admet Miguel Teixeira, «mais c’est notre boulot». «C’est à nous, en tant que personnes du métier, de conseiller et guider les clients.»
Quant à la crise, elle «n’a pas tant freiné le métier que ça», déclare ce dernier qui assure qu’il n’y a pas eu de baisses significatives du nombre des clients ou contrats. Face aux confrères qui ont fermé boutique, les deux hommes n’y voient pas tant une conséquence de cette période économique troublée qu’un souci de gérance. Car, l’attention est d’une importance capitale. «Il faut être vigilant sur tout: les dépenses, l’organisation, les personnes ou entreprises avec qui l’on collabore», et ce, tout le temps, en et hors crise, explique Carlos Teles. Il faut également savoir fixer les bons «prix d’achats», bref, tous les détails comptent pour ne «pas gaspiller».

 



 

Cette vigilance, ils l’appliquent continuellement et c’est bien ce qui permet à Sadelite de se maintenir aussi bien face à une concurrence qui reste quand même «rude». «50% de notre clientèle est stable», précise Miguel Teixeira. A comprendre, Sadelite a su jouer la carte de la confiance auprès d’une grande partie de ses clients qui renouvellent leur confiance à chaque fois. D’ailleurs, Carlos Teles l’affirme: «Notre job, c’est la stabilisation». Ce à quoi son collègue et ami, Miguel Teixeira, ajoute: «On aime bien jouer cartes sur table». Un jeu d’honnêteté qui semble plaire aux clients, particuliers comme entreprises qui, les deux hommes l’assurent, sont traités exactement de la même manière.

 


 

Pas de projets fous ni démesurés, non, ce que vise Sadelite c’est la continuité et la stabilité. Une sécurité qui semble être la bonne solution pour durer.